Les différentes couleurs de l’or | Tout ce qu’il faut savoir

Blanc, rose, jaune… il existe même de l’or violet. Pour vous aider à mieux comprendre, nous avons décidé d’explorer les différentes couleurs de l’or : quelles sont-elles ? D’où viennent-elles ? Ont-elles toutes la même valeur ? Nous vous donnons toutes les explications nécessaires pour y voir plus clair, et mieux connaître la composition de vos bijoux.

Qu’est-ce qu’un alliage ?

En bijouterie, on n’utilise pas le métal pur, mais un alliage. C’est un « produit métallurgique résultant de l’incorporation à un métal d’un ou de plusieurs éléments ». Ainsi, comme l’or pur n’est pas assez solide pour façonner des bijoux, on le mélange avec d’autres métaux afin d’obtenir un produit suffisamment résistant. Par exemple, pour créer de l’or 18 carats (la qualité la plus répandue en bijouterie.), on mélange traditionnellement 75 % d’or pur à 12,5 % de cuivre et 12,5 % d’argent.

Comment obtient-on les différentes couleurs de l’or ?

Maintenant que nous savons ce qu’est un alliage, il est assez simple de comprendre comment on peut créer des couleurs d’or différentes. En effet, chaque métal à sa propre teinte, et s’il est présent en quantité suffisante, il modifiera la coloration finale du mélange. Les bijoutiers utilisent des formules différentes, en fonction du résultat qu’ils souhaitent obtenir, ce qui permet de créer une multitude de nuances.
Voici toutefois quelques combinaisons basiques pour les couleurs les plus répandues:

-or jaune il est composé d’or 75%, 12.5% d’argent et 12.5% de cuivre généralement;
-or blanc et or gris. On ne met pas de cuivre, mais on utilise de l’argent ou du palladium à hauteur de 25 % ;
-or rose. Cette fois, le taux de cuivre est plus important et on ajoute qu’environ 7 % d’argent ;
-or rouge. Il n’y a que du cuivre ;
-or vert. Moins populaire, il est pourtant connu depuis l’Antiquité et est aujourd’hui obtenu en mélangeant du cuivre et un soupçon de cadmium. Pour une teinte plus intense, les bijoutiers ajoutent de l’argent ;
-or violet. Il est très fragile et n’est utilisé que pour décorer des bijoux plus résistants. Cet alliage n’est composé que d’or et d’aluminium.

Quel est l’or le plus cher ?

Si vous revendez vos bijoux, peu importe l’alliage, c’est le pourcentage d’or et son cours qui en détermineront le prix. Par contre, à l’achat, pour un même titre*, plusieurs facteurs sont pris en compte :
-la finesse du travail ;
-la renommée de l’artisan ;
-la marque de joaillerie ou de bijouterie ;
certains métaux comme le palladium sont particulièrement chers à l’achat et s’ils entrent dans la composition d’un alliage, le prix final d’un bijou s’en ressentira forcément ;
des composants comme le palladium et le cadmium ont des propriétés particulières qui permettent de créer des pièces à l’éclat unique, augmentant ainsi leur qualité et leur prix ;
enfin, il ne faut pas non plus oublier l’aspect marketing. On crée le luxe et la rareté avec des prix plus élevés, et certains alliages peuvent être plus onéreux sans que ce soit réellement justifié.

Les différentes couleurs d’or sont donc le résultat de savants mélanges métallurgiques. Les artisans bijoutiers et joailliers laissent libre cours à leur imagination, et créer des teintes et des nuances avec pour seule contrainte la fragilité des métaux utilisés, car un alliage doit être résistant. Or blanc, rose, vert ou rouge, à titre égal la quantité d’or pur reste la même et est indiqué par un poinçon. Malheureusement, c’est la seule indication que le consommateur peut avoir, et il n’existe aucun moyen de connaître la composition exacte d’un alliage. Si vous voulez en savoir plus, vous devrez donc vous en remettre aux connaissances de votre vendeur.

*le titre d’or d’un bijou est le pourcentage d’or pur qu’il contient, autrement dit, sa qualité.

Appeler pour un rdv